Les lumières de Phoenix

Lumières de Phoenix photo13 Mars 1997 Phoenix, état de l'Arizona aux USA, il est 20H. C'est une nuit claire et tranquille, qui débute cette belle soirée d'avant printemps à Phoenix. Les habitants vaquent à leurs occupations habituelles, sans se douter une seconde, qu'ils vont être des centaines à assister à la plus grande manifestation ufologique de tous les temps. En terme de preuves, le cas des lumières de Phoenix ne semble pas discutable, car du nord au sud de la ville, soit sur près de vingt-cinq kilomètres, se sont plusieurs vidéos amateurs qui seront tournées, avec à chaque fois les mêmes images, reflétant le même alignement de lumières mystérieuses. La thése du canulard semble aussi improbable, car il aurait nécessité trop d'intervenant sur une trop grande distance, les témoins estimeront en effet, que mille cinq cents mètres séparés la première de la dernière sphère, sur le total des neufs aperçues.

Des témoignages édifiants, et des gens considérées comme des notables de la ville, viendront durcir la crédibilité de cette observation. Ainsi Francis Emma Barwood, conseillère de la mairie, demandera imméditement, qu'une enquête rigoureuse soit menée. Le gouverneur de l'état Fife Symington en personne, qui dans un premier temps tentera de discréditer l'affaire des lumières de Phoenix au cour d'une revue de presse, reconnaîtra plus tard avoir assisté au passage d'un engin gigantesque en forme de boomerang, luisant, juste au-dessus de lui, en compagnie de nombreux autres témoins. Il attendit plus de dix ans, et son retrait de la vir politique pour dire la vérité. Il évoquera les même dimensions incroyables constatées par les autres habitants. Un ancien gouverneur des états-unis ne se pourvoirait pas ainsi, si les faits n'étaient pas très largement avérés. Il demandera des explications au commandant de la base aérienne militaire, au ministère de l'intérieur, au général des forces terrestres chargé du secteur. Il n'obtiendra aucunes réponses. Fife Symington est aussi un ancien officier, et pilote de l'armée à la carrière exemplaire.

La seule explication fournit aux médias par l'US Air Force, est qu'il s'agissait d'un exercice d'entrainement d'avions anti-chars, ayant lancés des fusées éclairantes. Cette piteuse explication fut maintes fois démontée par de nombreux militaires accoutumés à ce type de fusées.